Du sens

Du sens

Donner du sens.

Parce que le plus grand risque que courent aujourd’hui les hommes et les organisations est celui de l’incompréhension et de l’indifférence, nous voulons ne jamais nous départir du « souci », du « soin », de « l’attention portée à ».

L’étonnement

Posted by: on Déc 21, 2013 | No Comments

Il y a deux façons d’éclairer le monde.

La première est d’en dissiper l’obscurité, de chercher la vérité sous les faux semblants, d’en abolir les apparences au profit de la transparence. Mais de même que la lumière du jour dissimule les étoiles, la lumière de la raison recouvre les ombres du masque mensonger de la vérité.

La seconde revient au contraire à consentir à l’opacité des phénomènes comme à l’altérité de l’Autre, à penser l’impensable, la différence, l’irréductible singularité de tout ce qui existe et dont on ne peut jamais vraiment rien dire. On y perd la vérité mais on y gagne en retour la franchise, la candeur et le sens de l’étonnement.

Raphaël Enthoven présente Merleau-Ponty (Les nouveaux chemins de la connaissance, France Culture, 12 juin 2008)

S’arrêter

Posted by: on Déc 21, 2013 | No Comments

Il faut évidemment accepter une condition préalable qui, elle aussi, est un défi à notre époque: celle de l’arrêt. Il faut suspendre un instant le tourbillon de l’action, le mouvement de notre hâte inquiète, assourdissante, s’immobiliser, et laisser s’ouvrir cette étrange promesse comme on voit s’ouvrir une graine …

Philippe Jaccottet, Tout n’est pas dit.

L’éthique

Posted by: on Déc 21, 2013 | No Comments

L’éthique: mesurer les conséquences de mes actes

Le sens de nos actions apparaît dans leurs effets ultimes.

Jean-Pierre Vernant

Günther Anders (*) appelait à un travail d’accroissement de notre faculté d’imagination, pour que nous soit enfin représentable l’effet total de ce à quoi nous collaborons. Car à quelque niveau que ce soit, et surtout aux plus hauts, dont la suractivité est à soi-même sa propre justification, nous sommes trop occupés à nourrir l’état de choses pour avoir même l’idée que réfléchir, et donc peut-être s’arrêter, soit encore possible.

Introduction à Désuétude de la méchanceté, in Conférence n°9, 1999.

(*) G. Anders, philosophe allemand, 1902-1992