Etonnement ? Le jargon managérial actuel abuse du « rapport d’étonnement ». Il ne s’agit finalement que d’une « observation », d’un « diagnostic », porté par un œil neuf, non-averti. Mais l’étonnement, au sens propre, y perd toute sa force, au profit de cette locution toute faite qui le banalise.

Les mots sont importants. L’étonnement est un mot fort – fondé sur la curiosité et sur la découverte de l’inconnaissable, de l’impensable. Il est intéressant de le restaurer dans toute sa force, de le solliciter, de le provoquer.
Et de l’écouter ! Comme le propose Bernard Stiegler : « Il faut construire des possibilités de développer ce que j’appelle le circuit de l’exclamation. Un individu humain s’exclame. S’exclamer veut dire ici recevoir et rendre. Vous recevez un choc émotionnel que vous devez rendre, et vous ne pouvez pas ne pas exclamer la chose, ne serait-ce que par des onomatopées.» L’étonnement se manifeste dans cette exclamation.